_METABALISES
Accueil

Collections
Organisation
Infrastructures
Gestes quotidiens
Repères
Glossaire
Questions pratiques
Newsletter
Petites annonces
Agenda

Accueil CollectionsMatériaux

Collections

 Types de musées
 Catégories d’objets
 Matériaux
› Les matériaux organiques
› Les matériaux inorganiques
› Abcdaire
 Éclairage & lumière
 Environnement
 Dégradations





Les matériaux des objets de collection

Les collections muséales, quelles que soient leurs thématiques, se composent d’objets très variés faits de matériaux divers. On distingue traditionnellement les matériaux organiques et inorganiques. Cette distinction est importante en termes de conservation préventive.
A l’origine, la chimie organique – et les matériaux organiques qui en constituent l’objet d’étude – se définit par rapport à la vie. La chimie organique, c’est la chimie du vivant. Elle s’oppose à la chimie minérale, apparue d’abord et consacrée aux matériaux inertes. Aujourd’hui, la chimie organique se définit comme la chimie des composés contenant du carbone. Et plus précisément des corps formés de grosses molécules contenant les éléments principaux suivants : le carbone, l’hydrogène et l’oxygène. Beaucoup de ces matériaux sont issus du pétrole, huile minérale mais dont l’origine lointaine est végétale. L’organique, c’est le bois, les matières végétales, les fibres textiles, laine, lin, coton, jute, chanvre, les matières animales, os, corne, poil, lait, peau, cuir, la plupart des matières plastiques. Le minéral, ce sont les roches, les terres, les métaux, la céramique, les fossiles minéralisés, l’eau. La frontière n’est pas nettement tranchée : une coquille est plus minérale qu’organique, bien que sécrétée par un animal.
L’identification précise d’un matériau est importante pour déterminer les bons paramètres de conservation. Ce n’est pas toujours facile, en particulier pour les plastiques, alors même que ces matériaux peuvent présenter des comportements très différents selon les conditions de conservation.